home

Le salut au Soleil


Déjà fière du succès mondial remporté par ses «Orgues marines», Zadar s´est dotée d´une nouvelle œuvre architecturale urbaine. En effet, à la pointe même de la presqu‘île, sur la rive Istarska Obala, le «Salut au Soleil», monument aux allures astrales, côtoie les Orgues et fait jaillir dès la tombée



Cet étonnant disque de 22 m de diamètre, constitué de 300 panneaux de verres superposés, a pris place, tel un puzzle, au niveau même de la rive dallée.

C´est un véritable spectacle son et lumière que nous offrent ces deux réalisations audacieuses dues à l´architecte Nikola Bašić, et synonymes de communion habile mais ô combien symbolique avec la nature.

Et lorsque le Soleil telle une boule de feu disparaît à l´horizon, des éléments lumineux entrent en scène et entament, selon un scénario savamment programmé, un extraordinaire ballet de lumière évoluant sur la mélodie des Orgues au rythme des vagues.

Tout au long de la journée, les modules photovoltaïques placés sous les plaques de verre emmagasinent l´énergie solaire pour la convertir en électricité et l´injecter ensuite dans le réseau de distribution. Un écran informatif indique la production énergétique momentanée, production qui pourrait atteindre 46 500 kW par an. C´est donc une véritable mini centrale capable de fournir l´énergie nécessaire non seulement au fonctionnement même du monument mais encore à l´éclairage de toute la rive, pour un coût trois fois moindre que l´actuel.

Merveilleux exemple de fusion entre le pratique et l´esthétique, ce projet a le mérite d´avoir su concilier utilisation des sources d´énergie recyclable, efficacité énergétique et aménagement de l´espace urbain.

Sur le pourtour de l´anneau sont gravés les noms des saints patrons de la ville, nous révélant ainsi celui des églises de jadis et d´aujourd´hui sur le sol de la presqu´île. On y retrouve bien évidemment sainte Anastasie, saints Donat, Siméon, Chrysogone et Zoïla mais aussi Hieronymi, Lucae, Platonis, Eliae ... Avec la collaboration de Monsieur Maksim Klarin, professeur à l´Ecole de Marine de Zadar, sont venues s´ajouter à chaque nom d´autres informations, à savoir la date de célébration des saints, l´inclinaison et la hauteur du Soleil, la durée de l´éclairement solaire à cette date et à cet endroit précis de la rive.

Ces inscriptions confirment la relation entre Zadar et le Calendrier de saint Chrysogone, ce dernier ayant fortement contribué aux premiers pas de la navigation astronomique et à la notation de cette continuité indéfinie qu´est le temps.
Les installations des «Orgues marines» et du «Salut au Soleil» sont connectées, permettant ainsi aux sons des premières de se muer sur le second en un jeu de lumière qui, au crépuscule, dessine sur la rive une représentation du système solaire et de ses planètes.
Grâce à l´interactivité de modems, les effets créatifs lumineux seront sensibles à d´autres influences spontanées extérieures, et les images produites évolueront selon les circonstances.
Si les «Orgues marines», objet de nombreuses récompenses nationales et internationales pour son auteur, ont su séduire le monde entier, force est de croire que le «Salut au Soleil» deviendra à son tour une fantastique curiosité de la ville de Zadar.



Le Calendrier de saint Chrysogone

Les données inscrites sur le monument ont pour référence le Calendrier de saint Chrysogone qui a vu le jour à Zadar en 1292 ou 1293 et qui fut découvert en 1964 dans la Bodleian Library d´Oxford. Il fait partie des plus anciens documents au monde de ce type et peut-être, est-il le premier dans lequel les notations astronomiques apparaissent en chiffres arabes. Près des traditionnels jours de fête célébrant les saints sont notées éphémérides solaires, coordonnées des astres et distances de celles-ci par rapport à des plans immobiles, des points ou des lignes définis.

  • Video
  • Carte
Orgulje i pozdrav suncu